SAINT CHARBEL

Moine maronite (✝ 1898)

ou Sharbel Mahluf.
Il naquit en 1828 dans un village de la montagne du Liban, d'une famille pauvre et fut baptisé dans l'Église maronite. Orphelin très jeune, sa famille s'oppose à sa vocation religieuse. Il fugue et se réfugie au monastère Saint-Maroun d'Innaya. Après 20 années monastiques, il se retira solitaire dans un ermitage proche et passa les vingt-trois dernières années de sa vie absorbé en Dieu, s'adonnant à la pénitence et à la prière, mais aussi recevant les fidèles qui cherchaient Dieu auprès de lui. Il sut équilibrer sa vie entre l'ascèse, le travail et la pauvreté, la centrant sur l'adoration et la communion eucharistique. Sa vie était si perdue en Dieu qu'il faisait des miracles sans s'en rendre compte. Comme ce soir, par exemple, où, distrait, il verse de l'eau dans sa lampe à huile. Elle ne s'éteignit pas, mais au contraire brûla toute la nuit. Son tombeau devint aussitôt un lieu de pèlerinage et de guérisons sans nombre. Il est un des saints les plus populaires du Liban.

Saint Charbel Makhlouf est pour l’Église catholique un symbole d’union entre l’Orient et l’Occident.

 

SAINT CHARBEL(TOMBE)

( tombe de Saint Charbel )

 

La Prière à Saint Charbel Makhlouf :

« Ô Dieu de bonté, de miséricorde et de tendresse, je me prosterne devant Toi et T’adresse du fond du cœur une prière d’action de grâce pour tout ce que Tu m’as accordé par l’intercession de ton bien-aimé Saint Charbel. Je te suis très reconnaissant, ô miraculeux Saint Charbel. Je ne trouve pas les mots adéquats pour exprimer ma reconnaissance envers ton bienfait. Aide-moi toujours afin que je reste digne des grâces de Dieu et que je mérite ta protection. Amen. »

 

Il est inscrit au sanctoral de l'Eglise Catholique à la date du 24 juillet. Dans sa région il est fêté le 24 décembre.
Mémoire de saint Charbel Makhlouf, moine prêtre de l'Ordre maronite. À la recherche d'une solitude plus stricte et d'une perfection plus haute, il se retira du couvent d'Annaia au Liban, dans un ermitage où il vécut dans une extrême austérité de vie, dans les jeûnes et les supplications, jour et nuit au service de Dieu, jusqu'à sa mort en 1898.