1ère lecture : « Ils regarderont vers celui qu’ils ont transpercé » (Jn 19,37) (Za 12, 10-11a ; 13, 1)

 

Lecture du livre du prophète Zacharie

Ainsi parle le Seigneur :
    Je répandrai sur la maison de David
et sur les habitants de Jérusalem
un esprit de grâce et de supplication.
Ils regarderont vers moi.
Celui qu’ils ont transpercé,
ils feront une lamentation sur lui
comme on se lamente sur un fils unique ;
ils pleureront sur lui amèrement
comme on pleure sur un premier-né.
    Ce jour-là, il y aura grande lamentation dans Jérusalem.
    Ce jour-là, il y aura une source
qui jaillira pour la maison de David
et pour les habitants de Jérusalem :
elle les lavera de leur péché et de leur souillure.

Psaume : Ps 62 (63), 2, 3-4, 5-6, 8-9

R/

Mon âme a soif de toi,
Seigneur, mon Dieu.

(cf. Ps 62, 2b)

Dieu, tu es mon Dieu,

      je te cherche dès l’aube :
mon âme a soif de toi ;
après toi languit ma chair,
terre aride, altérée, sans eau.

Je t’ai contemplé au sanctuaire,
j’ai vu ta force et ta gloire.
Ton amour vaut mieux que la vie :
tu seras la louange de mes lèvres !

Toute ma vie je vais te bénir,
lever les mains en invoquant ton nom.
Comme par un festin je serai rassasié ;
la joie sur les lèvres, je dirai ta louange.

Oui, tu es venu à mon secours :
je crie de joie à l’ombre de tes ailes.
Mon âme s’attache à toi,
ta main droite me soutient.

2ème lecture : « Vous tous que le baptême a unis au Christ, vous avez revêtu le Christ » (Ga 3, 26-29)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Galates

Frères,
    tous, dans le Christ Jésus,
vous êtes fils de Dieu
par la foi.
    En effet, vous tous que le baptême a unis au Christ,
vous avez revêtu le Christ ;
    il n’y a plus ni juif ni grec,
il n’y a plus ni esclave ni homme libre,
il n’y a plus l’homme et la femme,
car tous, vous ne faites plus qu’un
dans le Christ Jésus.
    Et si vous appartenez au Christ,
vous êtes de la descendance d’Abraham :
vous êtes héritiers selon la promesse.

Evangile : « Tu es le Christ, le Messie de Dieu. – Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup » (Lc 9, 18-24)

Acclamation :

Alléluia. Alléluia.
Mes brebis écoutent ma voix, dit le Seigneur ;
moi, je les connais, et elles me suivent.
Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce jour-là, Jésus était en prière à l’écart.
Comme ses disciples étaient là,
il les interrogea :
« Au dire des foules, qui suis-je ? »
    Ils répondirent :
« Jean le Baptiste ;
mais pour d’autres, Élie ;
et pour d’autres, un prophète d’autrefois qui serait ressuscité. »
    Jésus leur demanda :
« Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »
Alors Pierre prit la parole et dit :
« Le Christ, le Messie de Dieu. »
    Mais Jésus, avec autorité,
leur défendit vivement de le dire à personne,
    et déclara :
« Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup,
qu’il soit rejeté
par les anciens, les grands prêtres et les scribes,
qu’il soit tué,
et que, le troisième jour, il ressuscite. »


    Il leur disait à tous :
« Celui qui veut marcher à ma suite,
qu’il renonce à lui-même,
qu’il prenne sa croix chaque jour
et qu’il me suive.
    Car celui qui veut sauver sa vie
la perdra ;
mais celui qui perdra sa vie à cause de moi
la sauvera. »

JESUEETAPOTRES01

C’est juste après avoir prié que Jésus interroge ses disciples. Si saint Luc apporte cette précision,c’est pour souligner l’importance de la prière qui est intimité avec Jésus , avec Dieu.

Jésus leur demande ensuite : «  Pour vous, qui suis-je ? ». Et Simon Pierre  spontanément, poussé par l’Esprit-Saint, répond : « le Messie de Dieu » ; c’est-à-dire le Sauveur, le libérateur qu’Israël attendait depuis toujours. Et c’est, sur cette profession de foi que Jésus va fonder son Eglise.


Pourquoi cette question de Jésus, en apparence banale , est elle fondamentale pour les apôtres, mais plus largement pour chacun d’entre nous ?

En nous disant chrétiens, nous proclamons que nous appartenons au Christ, cela n’a de sens que si nous connaissons qui est vraiment ce Jésus .

En nous posant cette question  Jésus veut commencer par établir une relation de confiance et d’amour entre lui et chacun d’entre nous, pour pouvoir ensuite nous faire entrer avec lui dans cet Amour trinitaire qui l’unit à son Père. Jésus veut donc se faire connaître, pour pouvoir se faire aimer, et partager ensuite avec nous tout l’Amour de son Père.

Nous ne pouvons pas vivre à la suite de Jésus , et annoncer la bonne nouvelle si nous ne connaissons pas Jésus dans l'intimité , une intimité personnelle , un coeur à coeur avec Jésus par la prière , la méditation de la parole de Dieu pour cela nous devons avoir des moments à l'écart du monde . Cela est indispensable pour suivre Jésus et annoncer la bonne nouvelle à ceux que nous cotoyons au quotidien , et nous aimer les uns les autres . Il ne suffit pas de paraitre chrètiens pour apporter l' Amour et la Paix de Dieu au monde .

  Bien souvent, nous nous inventons un Jésus « sur mesure », retenant telle ou telle parole, et oubliant volontairement celles qui nous dérangent.
 Jésus ne cesse d’interroger le coeur de l’homme : « pour toi, qui suis-je ? »,« veux-tu guérir ? », « m’aimes-tu ? »…. Il nous trace ainsi le chemin qui conduit à la vraie liberté . Encore faut-il lui répondre en vérité. Pour cela, nous explique Jésus, il faut renoncer à soi-même, c’est-à-dire renoncer à chercher à se sauver tout seul ; prendre sa croix, c’est-à-dire accepter ses limites, ses faiblesses, reconnaître son péché, reconnaître qu’on a besoin de Jésus , c’est-à-dire le prier, l’écouter, s’unir à lui dans les sacrements pour le suivre en vérité et réalité.

Père Joel Laurent.